Hélène Binet de La Ruche Qui Dit Oui

Créée en septembre 2011, la Ruche Qui Dit Oui est partie d’un double constat : d’un côté, les producteurs ne sont pas rémunérés à la juste valeur de leur travail. De l’autre, les consommateurs ont de plus en plus de mal à avoir accès à une alimentation de qualité. L’idée a donc été de créer un outil pour réunir les producteurs et les consommateurs afin de pouvoir vendre et consommer à juste prix et localement. Le principe du site est de mettre en relation des producteurs locaux (moins de 250 kilomètres du lieu de distribution) et des communautés de consommateurs (habitants d’un quartier, d’un village) qui se regroupent pour passer commande. Les produits sont ensuite distribués de façon hebdomadaire dans des lieux aussi variés que des cafés, des écoles, des bibliothèques ou encore des églises, qui se transforment en l’espace de deux heures, en marché éphémère.


Le responsable de ruche est en charge de trouver les producteurs, les lieux de distribution et d’animer sa communauté. Ce dernier à la liberté d’inventer le modèle de ruche qu’il souhaite pour proposer des produits adaptés aux consommateurs et créer du lien social. Hélène Binet, fondatrice de la ruche du 10e arrondissement, installée tous les samedis au Comptoir Général, à un rôle qui va bien au-delà de la simple organisation de marchés hebdomadaires. Egalement responsable éditoriale du magazine de la Ruche Qui Dit Oui, elle organise régulièrement des visites chez des producteurs et à créé une vigne collaborative chez un maraîcher.


« c’est un vrai créateur de lien social. Cela redynamise des quartiers ou des villages. Je vois ce que la Ruche du Comptoir Général a créé dans le quartier. Les gens se réunissent autour d’un concept qui est lui-même valeur de confiance et de proximité. Et cela va au-delà de la Ruche. J’ai créé un groupe sur facebook pour que les voisins puissent s’échanger des bons plans. Cela créé également du sens pour les jeunes générations. Si on arrive à reconnecter les enfants au monde de la production, cela changera leur regard sur leur façon de consommer. » explique t’elle.


Avec 850 ruches en France (1188 en Europe) et 7336 producteurs inscrits, la Ruche Qui Dit Oui compte aujourd’hui 100 000 membre actifs qui passent commande chaque semaine. Le modèle économique repose sur un reversement des ventes sur chaque produit. 7,9% vont à la « Ruche Mamma » pour le service web, la facturation et l’accompagnement pour aider les producteurs à se professionnaliser sur les circuits courts. 7,9% vont aux responsables de ruche. Si certains producteurs proposent des produits sur le site quand ils ont des surplus, d’autres en ont fait leur première source de revenu. En calibrant leur production par rapport à la demande, ils peuvent optimiser et diversifier leur production.


La démocratisation progressive du manger mieux et responsable assure un succès grandissant pour cette initiative qui fêtera ses 5 ans au mois de septembre. Et même si ce système ne permet pas de pouvoir faire toutes ses courses au même endroit, de plus en plus de consommateurs semblent prêts à changer quelques habitudes de consommation pour leur donner plus de sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s