Céline, Flavie et Vincent du Hasard Ludique

25Il est des histoires qui arrivent par une succession d’heureuses coïncidences, sous réserve de forcer un peu le destin. C’est le cas de celle que nous ont raconté les fondateurs du Hasard Ludique, le projet de réhabilitation de l’ancienne gare de Saint Ouen en lieu culturel de proximité. Le Hasard Ludique ouvrira ses portes début 2017, mais le projet a débuté il y a déjà près de 4 ans, le jour où 3 amis passionnés ont commencé à travailler sur un appel d’offre de la Mairie de Paris. Rencontre avec ses fondateurs. 


La genèse du projet

Flavie et Vincent se sont rencontrés sur les bancs d’une école préparant aux métiers de la culture. Etudiants en alternance, ils ont eu l’opportunité de travailler sur un projet commun pendant 3 ans en organisant un festival d’art numérique et de musiques électroniques dans le Val d’Oise. Suite à cette expérience, leurs chemins se sont séparés. Flavie s’est tournée vers de la coordination au sein du RIF (Confédération des réseaux départementaux de lieux de musiques actuelles / amplifiées en Ile-de-France) et Vincent a repris une formation continue à Issoudun, centre incontournable pour la préparation aux métiers de la production musicale. C’est là-bas qu’il a rencontré Céline qui venait parfaire son tableau de compétences après avoir travaillé sur l’importation du concept de Fête de la Musique pendant un séjour à Sydney et fait ses armes en enchaînant des missions en festivals de musique. Issoudun terminé, Vincent s’est tourné vers l’agence événementielle IDEACTIF en accompagnant des marques dans la musique. Céline a quant à elle intégré l’équipe du tourneur Far Prod au moment où la première tournée de Brigitte battait son plein. 4 ans plus tard, alors que les 3 amis désormais parisiens avaient de l’énergie à revendre et des projets personnels en tête, le Hasard Ludique leur est tombé dessus…

L’appel d’offre tombé du ciel


la gare de Saint-Ouen en 1905


Depuis 2010, Vincent habitait rue Belliard, juste en face de la gare de l’avenue de Saint Ouen. A cette époque, il ouvrait sa fenêtre tous les matins et tombait sur ce bâtiment qui lui rappelait la Flèche d’Or. Fin 2011, le commerce qui occupait les lieux a été expulsé. Comprenant qu’il était en train de se passer quelque chose avec ce bâtiment, Vincent partit en croisade téléphonique pour essayer de comprendre à qui appartenait ce lieu. Son enquête finit par porter ses fruits quand il réussit à savoir par la Mairie du 18ème arrondissement que la Mairie de Paris venait de racheter la gare et allait lancer dans les semaines à venir un appel d’offre pour en faire un lieu culturel. Ayant déjà émis le souhait de se lancer conjointement dans un projet culturel avec ses deux amies, Vincent prit cela comme un signe et les 3 mélomanes attendirent avec impatience la publication de l’appel d’offre. Ils se lancèrent pendant plus d’un an dans le montage de leur dossier à côté de leur travail respectif.

Outsiders face à de gros opérateurs culturels parisiens, le trio complémentaire a tout misé sur un projet architectural et artistique forts, tout en jouant la carte d’une approche collaborative avec les habitants et les différents acteurs associatifs et artistiques du quartier. L’idée n’était pas d’aller dans le sens d’une gentrification en vogue, mais bien de s’inscrire dans une démarche de co-construction participative. Leur œil neuf, plus frais, et peut-être naïf parfois, leur a permis de créer un nouveau modèle qui a su séduire la mairie. En juillet 2013, ils remportent l’appel d’offre.


Le projet de réhabilitation proposé par l’équipe du Hasard Ludique


Les premiers travaux de préfiguration


Egarez-vous (c) Rendar


Afin de fédérer les habitants du quartier et les futurs publics du Hasard Ludique, l’équipe a rapidement décidé dans sa stratégie de ne pas attendre la réhabilitation du lieu pour ponctuer l’année d’événements de préfiguration. La première fois que nous les avons rencontrés, en 2014, ils préparaient leur premier rendez-vous, « Egarez-Vous », une grande exposition au sein de la gare afin de faire connaître l’historique du lieu ainsi que les enjeux autour de la petite ceinture, objet de convoitise grandissant pour les parisiens avides de nouveaux espaces de vie.

En parallèle du chantier, l’équipe a également participé au projet « Clignancourt Danse sur les Rails« , un festival de musique et de danse organisé par les Jardins du Ruisseau derrière la REcyclerie, avec pour mission d’y optimiser la programmation musicale. Le Hasard Ludique a également proposé une programmation dans le cadre de la Nuit Blanche en octobre 2015.


Clignancourt Danse sur les Rails

La dernière évolution du projet : la Fabrique & les Bâtisseurs

Aujourd’hui, à un an de l’ouverture, le Hasard Ludique lance son dernier et grand projet de préfiguration, une action qui a pour vocation de durer toute l’année 2016. La Fabrique, une plateforme collaborative, va permettre à tous les futurs publics, appelés les bâtisseurs, de s’impliquer de différentes manières, apportant ainsi la dimension participative la plus forte du projet. Ne sachant pas trop jusque-là comment répondre aux sollicitations de la part des riverains et des personnes suivant le projet depuis ses prémices, l’outil a été réfléchi pour récolter les impressions et les envies de chacun.

Jusqu’au mois d’avril, les différents axes de développement du Hasard Ludique seront présents sur le site, répertoriés sous 10 catégories différentes (programmation, activités en famille, ateliers, carte du restaurant…). Ce Bureau de Tendances permettra d’interroger les gens sur leurs goûts et leurs attentes. Une partie Laboratoire d’Idées, active jusqu’au mois de mai, permettra également aux personnes souhaitant développer un projet au sein du Hasard Ludique de le présenter. Ils seront alors soumis aux votes de la communauté et les plus populaires seront réalisés.

Troisième volet de la Fabrique, le Hasard Ludique proposera l’Atelier, un appel à bénévolat qui permettra à qui le veut de s’impliquer au cœur des événements du lieu ou de son aménagement.

3 événements gratuits sur inscription permettront également à ceux qui préfèrent brainstormer dans la vraie vie plutôt que sur la toile d’échanger leurs idées :

  • le lundi 8 février à 19h au théâtre de la Jonquière (17ème)
  • le vendredi 19 février à 19h au lycée hôtelier rue Belliard (18ème)
  • le samedi 12 mars à 15h à la bibliothèque Jacqueline de Romilly (18ème)

L’artiste Halo Maud, guitariste de Moodoïd, viendra y présenter son projet solo.

A l’automne, 3 mois avant l’ouverture du lieu, le Hasard Ludique lancera une campagne de crowdfounding pour financer les derniers aménagements mais également les idées qui auront été retenues dans le cadre de la Boîte à Idées par les bâtisseurs.

4 ans après le début du projet, l’équipe du Hasard Ludique a tenu les engagements qui lui a permis de remporter l’appel d’offre et sa volonté de base de proposer un lieu hybride répondant aux attentes de différents publics n’a pas été dénaturée. Les 3 jeunes entrepreneurs rêvaient d’un lieu où ils pourraient mettre en scène de grandes idées et au final, ce sont également celles des principaux concernés, les bâtisseurs, qui vont pouvoir y exister.

On a hâte de voir ce que cela va donner !


Retrouvez plus de détails ici

RDV sur la Fabrique pour proposer vos idées !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s